Après une hausse pendant les deux mois de confinement, les taux sont repartis à la baisse depuis juin et se retrouvent au niveau de ceux de l’été 2019. Dans un contexte de concurrence accrue, les meilleurs dossiers peuvent obtenir des taux sous la barre des 1 %.

Les taux de crédit immobilier de nouveau sous les 1%

Les taux de crédit immobilier après deux mois de hausse sont repartis à la baisse depuis juin. Si vous avez un projet immobilier, c’est le moment de contacter votre agence immobilière à Annecy pour le concrétiser.

Lors du confinement en avril et mai, les taux ont augmenté

Avril et mai ont connu une hausse des taux de crédit immobilier qui a ralenti la reprise de l’activité immobilière et de nombreux refus de crédit pour des dossiers pourtant corrects sont venus rajouter un frein au redémarrage.
Dans une période post-confinement où la concurrence était encore assez faible, les banques ont décidé de relever leur taux de base pour reconstituer leurs marges dans un contexte où les annonces de soutien de l’économie par la BCE, qui a indiqué qu’elle maintiendrait des taux directeurs bas, auraient dû les encourager à au moins garder les taux au niveau où ils se trouvaient.

Le durcissement des conditions de prêt de fin 2019 à la suite des recommandations du Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) combiné à cette hausse des taux a eu un effet contreproductif et a ralenti le redémarrage du secteur de l’immobilier.

Depuis juin, les banques ont à nouveau baissé leur taux d’emprunt

Après une période de hausse en avril et en mai, les banques ont pris la décision de diminuer leur taux d’intérêt face à une concurrence accrue. La baisse des taux d’intérêts va parfois jusqu’à 0,25 % pour certaines d’entre elles, ce qui est loin d’être négligeable.

Les taux avaient augmenté en moyenne de 0,10 % sur le premier semestre. Finalement, la baisse actuelle fait plus que compenser la hausse enregistrée en début d’année et ramène les taux de crédit à leur niveau de l’été 2019.
Pour tenter de gagner de nouveaux clients et compenser le blocage de l’économie et l’arrêt de production de crédit, les banques sont reparties à la conquête des clients.

Les meilleurs dossiers peuvent de nouveau obtenir des taux de crédit sous les 1 %

Cette embellie cache néanmoins une certaine disparité de situations. En effet, l’impact du chômage partiel lié à la crise sanitaire induisant une baisse de revenus couplé à la pression effectuée par le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) sur les banques, les incitant à respecter un taux d’endettement maximum de 33 % et à réduire les prêts d’une durée supérieure à 25 ans, risquent encore d’exposer un certain nombre de bons dossiers à un refus.
Les profils comme les salariés de la fonction publique ou les très hauts revenus tirent leur épingle du jeu et sont l’objet de toutes les attentions des banques qui les courtisent sans retenue car elles estiment dans le contexte actuel que le risque de défaillance est moindre.

Face à une concurrence accrue et pour capter ces profils rassurants, les banques peuvent parfois descendre sous la barre des 1 % pour un emprunt sur 20 ans mais c’est loin d’être une généralité pour le moment.

Lire aussi :